ESS et QVT : comment favoriser le bien-être de vos collaborateurs ?

Depuis la directive-cadre de 1989, la question de la santé au travail s’inscrit dans les travaux menés par le gouvernement (Plan santé au travail) pour améliorer les conditions de travail. Depuis l’Accord national interentreprises (ANI) du 19 juin 2013, où elle a été définie, on parle aussi de la qualité de vie au travail (la QVT). Elle désigne « les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises » 

Comme l’ensemble des secteurs en France, celui de l’Economie sociale et solidaire (l’ESS) est aussi touché par des troubles pouvant altérer la qualité de vie de ses travailleurs. A titre d’exemple, sur les 2,3 millions de salariés du secteur en poste, près d’1 million d’entre eux sont touchés par des troubles musculo-squelettiques (TMS), première cause de maladie du secteur.

Nous vous expliquons dans cet article comment prévenir certains risques (TMS troubles auditifs ou visuels, maladies chroniques, etc…) et favoriser  la QVT  de vos collaborateurs en leur proposant des actions de prévention.

1/ Les enjeux de la prévention « santé et bien-être au travail »

Pourquoi mettre en place des actions de prévention ?

Initier une démarche de prévention par des actions autour de qualité de vie au travail, c’est permettre à vos collaborateurs d’avoir les connaissances nécessaires pour adopter et modifier favorablement leur comportement. Ainsi, vous réduisez les risques psychosociaux, agissez sur le climat collectif et sur la motivation de vos collaborateurs dans le travail. Vous améliorez ainsi directement et indirectement la performance de votre structure. 

A noter ! : Etablir une démarche de prévention au bénéfice de ses collaborateurs, ce n’est pas modifier le fondement de sa structure, mais venir améliorer l’existant pour favoriser le mieux-être et la santé de chacun. 

Les avantages des actions de prévention pour votre structure :

  • Informer vos collaborateurs sur différentes thématiques de santé et prévenir certains risques
  • Favoriser le bien-être et un climat positif dans votre structure
  • Diminuer le turn-over 
  • Répondre aux enjeux de sécurité et d’obligation légale
  • Réduire l’absentéisme et les arrêts maladies
  • Améliorer la performance de votre entreprise
  • Contribuer au dialogue social
  • Participer à la prévention des accidents du travail
  • Fidéliser vos salariés
  • Améliorer l’image de votre entreprise (et donc attirer de nouveaux talents)

Les avantages des actions de prévention pour vos collaborateurs :

  • Les actions de prévention leur donnent des outils pour devenir acteur de leur santé et gérer leur capital santé
  • Se sentir valorisé par son employeur
  • Ils bénéficient de lieux d’expression moins formels
  • Ils ont un accès plus simple aux actions de prévention et de dépistage en les réalisant sur leur lieu de travail

Se faire accompagner et investir pour la santé et la sécurité au travail 

Pour vous faire accompagner, vous pouvez faire appel à des acteurs externes de la prévention, comme l’assurance maladie-risques professionnels, les caisses régionales, la médecine du travail, les mutuelles, la CARSAT, les cabinets spécialisés etc. 

Ces structures vous accompagnent pour construire un parcours de prévention

Exemple de parcours de prévention proposé : 

  • Diagnostic de la situation : déterminer les besoins et les attentes
  • Elaboration du plan de prévention : partager le diagnostic, prioriser les actions à mener
  • Déploiement et pilotage du plan de prévention : expérimentations, mise en œuvre
  • Evaluation et valorisation : retour d’expérience, communication.

Bon à savoir : Les investissements dans la santé et la sécurité au travail sont rentables : 1€  investi sur la prévention génère 2,19€ de gain.  Une étude de cas menée par l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP) en 2016 a montré ce retour positif sur l’investissement. Les gains proviennent pour la plupart de l’amélioration du temps de production.
L’institut américain IMS Health quant à lui a évalué les gains de productivité à 5% pour 296€ investis par l’entreprise dans un programme de prévention.  

A noter ! : Selon les dispositions convenues par votre branche professionnelle, les actions de prévention peuvent être financées partiellement ou totalement au titre du Degré Elevé de Solidarité (DES ou HDS). Vous pouvez vous rapprocher de votre organisme de complémentaire santé.

Découvrez quelques actions  à déployer facilement dans  votre structure afin de favoriser de manière simple et efficace la QVT de vos collaborateurs. 

2/ Actions de prévention et actions santé pour favoriser la QVT de vos collaborateurs

Actions collectives de prévention 

87% des maladies professionnelles sont des troubles musculo-squelettiques (TMS), c’est  aussi l’un des risques principal du secteur de l’ESS (voir introduction). 

Pour prévenir vos collaborateurs des blessures avant manutention ou manipulation de personnes, voici quelques exemples d’actions à réaliser en commun :  

- Réveil musculaire pour préparer le corps à la manutention. Privilégier un atelier le matin, avant la prise de poste. 

- Formation par un professionnel de santé sur les postures à adopter pour manipuler une charge ou une personne.

- Pour se détendre et prendre soin de son état émotionnel, vous pouvez vous faire accompagner de professionnels et proposer des ateliers de sophrologie.

Bon à savoir : La sophrologie agit à la fois sur le corps et sur le mental. Elle permet, par le biais d’exercices, de retrouver  un état de bien-être.

Actions de dépistage : s’assurer d’un bon état de santé

Afin d’accompagner vos collaborateurs dans la préservation de leur capital santé, vous pouvez mettre en place des actions de dépistage telles que : 

- Le repérage auditif : 
En France, 7 millions de personnes sont concernées par des troubles de l’audition. La surdité professionnelle est la 3ème des maladies professionnelles, pourtant 1 personne sur 2 n’a jamais fait de test auditif de sa vie. 
Offrez à vos collaborateurs un test de repérage auditif avec un audioprothésiste pour évaluer leur audition. 

- Le repérage optique : 
Des troubles de la vision non repérés peuvent entrainer une fatigue inutile, des pertes de concentration, une multiplication des erreurs et une baisse globale de la qualité du travail. Ces troubles sont à l’origine de près de 10% des accidents du travail
Dépistez d’éventuels troubles de la vision en offrant un test réalisé par un opticien.

- Le repérage glycémique : 
Le diabète touche plus de 1.3 millions d’actifs, en 2018 près de 700 000 français ignoraient qu’ils étaient diabétiques. 
Le test de repérage glycémique peut être réalisé par une infirmière ou un médecin. Il est indolore : on prélève une goutte de sang sur le bout d’un doigt. 
Si le test se révèle être positif, on oriente vers le médecin traitant qui prescrira une prise de sang à jeun en laboratoire pour une analyse plus poussée. 

Bon à savoir : Le dépistage permet d’anticiper l’apparition ou l’aggravation de maladies qui pourraient impacter votre structure : modification de l’organisation, augmentation de l’absentéisme... 

Plus tôt est fait le dépistage, meilleure sera la prise en charge. Cette anticipation minimise les conséquences au sein de la structure.

3/ Agir sur l’alimentation et le sommeil pour prévenir des risques de maladies

L’alimentation et le sommeil sont des thématiques de prévention qui impactent fortement la santé des salariés :

  •  1 excès de poids concerne près de la moitié de la population en France
  •  56% des français ont des troubles du sommeil qui occasionnent des nuisances dans le cadre professionnel

Une alimentation équilibrée associée à un bon rythme du sommeil prévient : l’obésité, certains cancers et  certaines maladies cardiovasculaires, le diabète..., des maladies qui peuvent avoir un fort impact sur l’efficience et l’absentéisme.

Mieux manger : les bénéfices d’une meilleure alimentation 

Les dernières recommandations nationales relatives à l'alimentation sont présentées au sein du Programme National Nutrition Santé dont la première version date de 2001. 
Elles visent à donner des repères sur l’alimentation et l’activité physique au grand public.

Voici quelques recommandations faciles à intégrer dans son quotidien : 

  • Augmenter : les fruits et les légumes, les légumes secs
  • Aller vers : les produits laitiers, les féculents complets, les huiles : de colza, de noix et d’olives, les poissons
  • Réduire : l’alcool, les aliments (sucrés, salés, gras et ultra transformés), la viande, la charcuterie

Exemples d’actions à suivre :

Conférences : sur l’équilibre alimentaire, alimentation et horaires décalés, nutrition et performance.
Ateliers : composer son repas en suivant les recommandations nutritionnelles,  réalisation d’une lunch box, lecture des étiquettes, réalisation d’encas sains.

Bon à savoir : Une alimentation équilibrée permet des bénéfices rapidement observables à court terme avec une augmentation du tonus et de l’énergie de vos salariés.

Mieux dormir : trouver un meilleur sommeil

Le sommeil est l’un des facteurs clés pour une meilleure qualité de vie au travail. Pourtant, entre 20 et 40% des salariés français se plaignent d’avoir un mauvais sommeil. Les problèmes de sommeil engendrent des absences, des accidents de la route (1ère cause des accidents du travail), une baisse de vigilance, des erreurs de jugements, une baisse de performance.

Plusieurs facteurs impactent le manque de sommeil :

  • Le travail en horaires décalés : le travail de nuit par exemple 
  • Le travail en horaires extensifs : temps de trajets longs entre le domicile et le lieu de travail 
  • L’état émotionnel...

Quelques recommandations pour améliorer votre sommeil :

  • Pratiquer une activité physique afin d’améliorer la qualité de votre sommeil
  • Apprendre à se relaxer pour mieux contrôler vos rythmes de veille et sommeil 

 Exemples d’actions à suivre :

Conférences : le fonctionnement du sommeil, les évolutions du sommeil en fonction de l’âge
Ateliers : sophrologie, initiation à la pratique d’une activité physique

Bon à savoir : Les adultes (26-64 ans) ont besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit. On constate pourtant que 36% des actifs dorment moins de 6 heures en semaine. 

Pour optimiser le traitement et le suivi de votre demande
vous allez être redirigé vers le site Ameli.


OK